IA générative : les entreprises ont-elles raison de se méfier de leur sécurité ?

Les avancées technologiques sont à la fois source d'opportunités incroyables et de défis sans précédent. Au cœur de cette révolution se trouve l'Intelligence artificielle générative, promettant d'ouvrir des horizons inexplorés pour les entreprises tout en posant des questions essentielles sur la sécurité. Face à ces dualités, comment les entreprises peuvent-elles naviguer entre les potentialités offertes par ces IA et les préoccupations légitimes qu'elles suscitent ? Dans cet article, nous plongeons au cœur des enjeux, explorons les préoccupations et mettons en lumière les mesures adoptées par les éditeurs pour répondre aux exigences des entreprises en matière de protection et de sécurité.

IA générative : les entreprises ont-elles raison de se méfier de leur sécurité ?

IA génératives : quels risques de sécurité pour les entreprises ?

Dans le paysage technologique en constante évolution, l’Intelligence artificielle (IA) générative a ouvert la voie à des innovations sans précédent. Cependant, ces avancées ne sont pas exemptes de préoccupations. Les entreprises, conscientes des opportunités qu’offrent ces IA, se montrent également vigilantes quant aux risques potentiels pour leur sécurité.

Manipulation de données et désinformation

L’une des craintes les plus répandues concerne la capacité des IA génératives à produire de l’information factice ou trompeuse. Nous avons vu des exemples frappants avec les “deepfakes” dans le domaine vidéo, mais cela s’applique également au texte, aux images, et même aux données financières. Pour une entreprise, la dissémination d’informations fausses ou manipulées (avec un très haut niveau de réalisme) peut porter atteinte à sa réputation, fausser les prises de décision, ou induire en erreur ses partenaires et ses clients.

Accès non autorisé à des informations sensibles

Les IA génératives nécessitent souvent l’accès à de grandes quantités de données. Si ces systèmes sont mal sécurisés ou exploités, ils peuvent devenir une porte d’entrée pour les cyberattaquants, exposant ainsi des informations confidentielles ou des secrets commerciaux.

De plus, la nature auto-apprenante de ces IA pose la question de ce qu’elles peuvent “apprendre” ou “retenir” involontairement, et si cette information peut être extraite ou utilisée à l’insu de l’entreprise source. Quid alors de la protection des données personnelles ? Et si les éditeurs des IA génératives sont établis aux USA, serait-il possible de voir les données utilisées à des fins d’intelligence économique ?

Risques associés à l’automatisation des processus décisionnels

L’IA peut aussi servir à automatiser les décisions. Les entreprises pourraient par exemple l’utiliser pour optimiser la gestion de la chaîne d’approvisionnement ou les aider à fixer les meilleurs prix. Si ces systèmes sont trompés ou manipulés, ils peuvent alors entraîner des pertes financières, des inefficacités opérationnelles, ou même des problèmes réglementaires. La dépendance accrue vis-à-vis de ces outils augmente la nécessité de garantir leur intégrité.

Quelles sont les actions des éditeurs d’IA génératives pour instaurer la confiance des entreprises ?

Les défis posés par les IA génératives en matière de sécurité ne sont pas passés inaperçus. Reconnaissant les préoccupations des entreprises, les éditeurs de ces technologies déploient depuis l’été des efforts considérables pour instaurer un climat de confiance. Voici quelques exemples d’actions concrètes :

  • Réglages de modération : certains éditeurs offrent la possibilité d’ajouter des filtres ou des paramètres de modération pour empêcher la génération de contenus inappropriés ou sensibles. C’est notamment le cas d’OpenAI qui a implémenté des mécanismes pour permettre un meilleur contrôle des contenus générés par les modèles de ChatGPT.
  • Documentation transparente : les éditeurs peuvent aussi fournir une documentation détaillée sur la formation de leur modèle, les sources de données utilisées, et les précautions prises pour éviter les biais ou les réponses indésirables. Par exemple, Google AI publie régulièrement des articles et des billets de blog expliquant leurs travaux, leurs méthodes et leurs intentions.
  • Interfaces d’interaction sécurisées : des éditeurs comme Microsoft Azure fournissent aux entreprises des API sécurisées et chiffrées pour intégrer l’IA en toute sécurité dans leurs systèmes.
  • Collaboration avec des chercheurs : c’est le cas de DeepMind (appartenant à Alphabet, la maison mère de Google) qui collabore fréquemment avec la communauté académique et publie une grande partie de leurs recherches. Des études sont menées pour étudier les implications éthiques et techniques des modèles d’IA et trouver des solutions aux problèmes émergents.
  • Ressources pédagogiques : la formation est l’une des actions les plus efficaces pour lutter contre les incidents de sécurité créés involontairement par les utilisateurs. Le Deep Learning Institut (DLI) du géant des processeurs graphiques et d’IA Nvidia offre par exemple une multitude de ressources pédagogiques pour former au bon usage de leurs produits liés à l’IA.
  • Auditabilité : certains éditeurs peuvent rendre leurs modèles (ou des versions simplifiées de ceux-ci) accessibles aux chercheurs ou aux entreprises pour un examen indépendant, même si les détails précis de l’entraînement pourraient rester confidentiels pour des raisons de propriété intellectuelle.
  • Mises à jour régulières : les éditeurs peuvent mettre à jour régulièrement leurs modèles pour corriger les biais, améliorer la sécurité et répondre aux retours des utilisateurs.

Des outils intégrés pour une meilleure gestion de la sécurité

Alors que la confiance se construit grâce à des actions ciblées et à la formation, les éditeurs d’IA génératives ne s’arrêtent pas là. Ils investissent également dans le développement d’outils et de fonctionnalités intégrées pour garantir une gestion sécurisée de leurs solutions.

Traçabilité des interactions avec l’IA générative

Pour les entreprises, savoir qui a fait quoi et quand est essentiel. Les fonctionnalités de traçabilité intégrées offrent une vue transparente des interactions avec l’IA générative. Qu’il s’agisse de suivre les requêtes spécifiques effectuées par un utilisateur ou de journaliser les réponses générées, cette traçabilité permet aux entreprises de détecter rapidement toute activité anormale et d’intervenir en conséquence.

Contrôles d’accès

Les droits d’accès bien définis sont cruciaux pour protéger les informations sensibles. Les éditeurs ont intégré des systèmes robustes de gestion des droits d’accès, garantissant que seuls les utilisateurs autorisés peuvent interagir avec l’IA. Ces contrôles peuvent être aussi granulaires que nécessaire, restreignant l’accès à certaines fonctionnalités ou données spécifiques.

Outils de surveillance

La détection en temps réel des comportements suspects est une autre ligne de défense cruciale. En utilisant des outils de surveillance avancés, les entreprises peuvent être alertées dès qu’une activité sort de la norme, qu’il s’agisse d’une utilisation inattendue de l’IA ou d’une tentative d’accès non autorisée. Ces alertes permettent aux équipes de sécurité de réagir rapidement, minimisant ainsi les dommages potentiels.

3 conseils pour renforcer la sécurité de l’usage des IA génératives en entreprise

L’IA générative, comme toute technologie, est en constante évolution. Pour garantir une utilisation sécurisée, il ne s’agit pas seulement d’outils et de fonctionnalités, mais aussi d’une collaboration continue entre ceux qui développent ces systèmes et ceux qui les utilisent au quotidien.

Conseil n°1 : vérifiez les normes et certifications

Lorsque vous envisagez d’intégrer une solution d’IA dans votre entreprise, cherchez à connaître les normes établies par des organismes reconnus comme l’ISO. Elles sont conçues pour assurer une sécurité optimale dans les applications d’IA. De plus, privilégiez les éditeurs qui proposent des certifications de sécurité pour leurs produits. Ces dernières témoignent de la robustesse de l’outil, mais aussi de l’engagement de l’éditeur en matière de sécurité. Enfin, lorsque vous intégrez l’IA dans vos systèmes, assurez-vous que les interfaces de programmation d’application (API) proposées par l’éditeur sont bien sécurisées.

Conseil n°2 : anticipez les vulnérabilités et formez vos collaborateurs

Intéressez-vous aux publications des vulnérabilités sur les IA utilisées dans votre entreprise. Vous pourrez alors prendre les mesures nécessaires pour prévenir de potentielles failles de sécurité le cas échéant. De plus, faites circuler en interne les ressources pédagogiques transmises par les éditeurs. Encouragez vos équipes à participer à des ateliers, des formations, et à utiliser les centres de ressources en ligne. Cette démarche en formation continue renforce les compétences internes et améliore la posture de sécurité face aux défis changeants de l’IA.

Conseil n°3 : entretenez des partenariats solides avec les éditeurs

Dans le monde de l’IA, le choix d’un partenaire technologique est aussi important que le choix de la technologie elle-même. Établissez des partenariats stratégiques avec des éditeurs d’IA pour développer des solutions adaptées à vos besoins et à vos préoccupations. Ces relations vous permettront d’avoir une meilleure compréhension des outils, et de garantir que vos préoccupations en matière de sécurité sont directement adressées. De plus, engagez-vous dans les forums et les communautés dédiés à l’IA. Ces plateformes vous offriront des retours d’expérience d’autres professionnels, enrichissant ainsi votre stratégie de sécurité.

 

olivier.dania
olivier.dania

Olivier a rejoint les équipes de Sysdream, la division cyber du groupe Hub One, en juillet 2022 où il occupe le poste de chef de produit cybersécurité. Passionné par le sport en général, Olivier a malgré tout une préférence pour les sports de balle comme le basket et le tennis. Mais c’est le football qui lui procure ses plus grandes émotions et en parisien qui se respecte, c’est pour l’équipe de Paris qu’il vibre. Mais Olivier n’a pas d’intérêt que pour le sport, faisant partie de la génération qui a grandi avec les jeux vidéo, il continue à jouer aussi bien aux jeux récents que les plus anciens. D’un point de vue culturel, Olivier aime beaucoup voyager, aller à la rencontre d’autres cultures, d’autres modes de vies, d’autres gastronomies. A l’ère des livres numériques, Olivier reste très attaché au livre papier, dont il ne se lasse pas de tourner les pages.

Recevez toute l'actualité en avant-première