Depuis 2 jours, le Japon est victime d'une série d'attaques informatiques visant à la fois des sociétés privées et des organismes nationaux tels que le parlement japonais.

En provenance de serveurs situés en Chine, cette attaque a permis aux hackers d'avoir accès à des emails et des documents appartenant à 480 parlementaires.

Des mots de passe et des logins ont aussi été dérobés.

On se souvient des attaques visant Mitsubishi le mois dernier, qui avait permis aux pirates de récupérer des informations au sujet d'avions militaires et de centrales nucléaires.

Même si les sociétés tentent de se sécuriser au maximum, ce n'est jamais infaillible et les ennemis sont difficiles à identifier. Impossible de savoir si ces attaques sont la volonté d'un état, ce qui serait un genre de déclaration de guerre, ou alors des freelances vendant ensuite ces informations au plus offrant.